Femmes de Bretagne…

Ces femmes qui ont fait la Bretagne…

Elles s’appellent Anne, Jeanne, Anjéla ou encore Marion et elles ont un point commun : elles sont bretonnes et elles ont fait la Bretagne.

Elles sont nombreuses ces femmes qui tissent l’histoire de notre région. Elles sont saintes, écrivaines, politiques, reines, brigandes, artistes.

Ces femmes méritent bien que l’on s’intéresse à elles et c’est ce que nous allons faire…

 

Marie de Kerstrat

Pionnière de son temps.
Qui pourrait se douter que derrière la mine fade et la petite silhouette assez banale, vêtue de noire se cache une femme aux vues d’avant garde, bouillonnante d’idées et de projets, qui offrit au monde le rayonnement du cinéma tout nouvellement inventé… ?

Marie-Catherine Cornic

Marie-Catherine Cornic… Madame Katelle invente la crêpe dentelle.
Hommage à la première des gourmandes et qui est a elle seule un des symboles les plus représentatifs de notre région…

Hélène Jégado

Hélène Jégado, le plus grande tueuse en série de l’histoire de France ?
Elle n’aura pas fait dans la dentelle, ni versé le poison avec le dos de la cuillère mais par rasade bien tassées,
une serial killer bretonne… La Jégado.

Marion du Faouet

Marion du Faouet, la première de nos hors la loi.
La première de nos hors la loi, une brigande très aimée… mais une brigande quand même !

 

Maï

Maï, un destin hors du commun.
Lady Mond ou Marie-Louise Le Manach femme du 19ème siècle au parcours exceptionnel. Elle naquit meunière, aima un prince, épousa un roi… et déplaça un château.

Tiphaine-raguenel

Tiphaine Raguenel, une visionnaire.
Son illustre époux était du genre à ne jamais être là, elle a passé sa vie à l’attendre, mais au XIVème siècle… c’était monnaie courante. Elle a su vivre de ses propres ailes, Tiphaine Raguenel née à Dinan vers 1333 ou 23 on ne sait pas trop. Elle est belle, instruite plus que la moyenne et elle pratique l’astrologie…

 

Anne de Bretagne

3 mariages et beaucoup d’enterrements. Sans la petite duchesse, la physionomie de la Bretagne serait sans doute tout autre.
Irremplaçable Anne !

Brigitte

A qui revient de droit la place légitime d’aïeule suprême de toutes les autres ? L’Histoire se charge du choix crucial et la chronologie l’offre tout naturellement. Si l’on s’en tient aux dates, – est-ce la seule référence ?-, Brigitte serait cette première… sauf, sauf qu’elle n’est pas humaine. Quoique ! Y a-t-il lieu de douter que cette statuette, découverte en 1913 au cœur de la lande à flanc de coteau du Menez Hom, ait été inspirée par une « vraie » femme ?